Tout ce que vous devez savoir pour cuisiner en classe

Compétences culinaires

Conseils pour cuisiner en salle de classe

Par DFC - PLC, Équipe Nutrition
Élèves qui cuisinent lors d'un atelier culinaire
Élèves qui cuisinent lors d'un atelier culinaire

Points saillants

  • Comment établir un plan de base
  • Mettre les choses en place
  • La dégustation

Tout ce que vous devez savoir pour cuisiner en classe

L’idée d’animer un atelier culinaire devant une vingtaine d’enfants vous intimide? N’ayez crainte, nous sommes là pour vous aider! Nous sommes déjà passés par là, avons fait des erreurs et pourrons ainsi vous guider pour que vous ne fassiez pas les mêmes.

Cuisiner à l’école, c’est un peu comme une sortie, sauf qu’il n’est pas nécessaire de recruter des bénévoles ou de prévoir des autobus. De plus, il y a beaucoup à apprendre et à enseigner en cuisinant. On peut intégrer à l'activité des notions de sciences, de mathématiques, de lecture, de communication et d’histoire, et également de l’information sur les systèmes alimentaires – il suffit de profiter de l’enthousiasme débordant des enfants.

Peut-être est-ce l’idée de déguster de bons aliments, ou peut-être est-ce le changement de rythme et le goût de la découverte, mais une chose est certaine, la magie opère lorsqu’enfants et aliments sont réunis dans une salle de classe.

Les bases : établir un plan solide

Ce qu’il faut garder en tête :

  • L’équipement. La préparation d’une activité culinaire peut varier selon les installations disponibles à l’école. En effet, certaines écoles ont une cuisine bien équipée, tandis que d’autres usent de créativité pour recréer une « cuisine » dans la classe. Mais peu importe vos installations, votre activité peut parfaitement fonctionner. En fait, vous pourriez être surpris de la quantité de choses que vous pouvez faire dans une classe (croyez-nous, nous avons tout essayé!). Des équipements tels qu’un mélangeur, un gril électrique, un four à micro-ondes, des couteaux, des bols à mélanger, des planches à découper et une plaque chauffante offrent une panoplie de possibilités pour la classe.
  • Les intolérances et allergies alimentaires, ainsi que les restrictions. Souvent, ces renseignements sont déjà recueillis au début de l’année scolaire. Gardez en tête que certains élèves pourraient avoir des restrictions alimentaires dues à leur religion (ex. : ne pas pouvoir manger de porc) et qu’il ne s’agit pas d’allergies.

Truc de pro : Si vous cuisinez à feu vif, sur un gril ou une plaque par exemple, veillez à ce que la ventilation soit adéquate, à moins que vous ne vouliez faire participer toute l’école à un exercice d’incendie.

  • Les portions. Lorsque vous sélectionnerez la recette, déterminez combien d’enfants prendront part à l’activité et la taille des portions que vous voulez servir. Une portion collation pourrait très bien suffire.
  • L’aménagement de la classe. Si vous cuisinez dans une classe, réfléchissez à la manière dont vous allez organiser l’espace. Diviserez-vous les élèves en groupes ou travailleront-ils seuls ou à deux? Si vous utilisez de l’équipement électrique, à quelle distance se trouvent les prises de courant des stations de travail? Aurez-vous besoin de rallonges électriques?

Truc de pro : Vous vous demandez quelle quantité préparer? Sachez qu’une recette qui convient à quatre adultes sera suffisante pour faire environ 16 portions de dégustation pour les élèves. Si vous voulez que les élèves apportent des échantillons à la maison pour poursuivre leurs apprentissages, vous pourriez avoir besoin de sacs à ouverture-éclair ou de contenants.

  • L’aide. Il peut être extrêmement utile d’avoir de l’aide supplémentaire, surtout que de nos jours, il y a de plus en plus d’élèves dans les classes. D’ailleurs, avec les plus jeunes qui ont besoin de plus de soutien, cette aide est essentielle. Dans le meilleur des mondes, le ratio serait d’un adulte pour quatre enfants. Les parents, grands-parents, aides-enseignants et élèves plus âgés (qui ont parfois besoin de points de bénévolat) pourraient vous prêter main-forte.

Mettre les choses en place : se faciliter la vie

  • Les compétences culinaires. Demandez aux élèves de vous parler des plats qu’ils aiment cuisiner. Demandez-leur aussi ce qu’ils souhaiteraient apprendre à cuisiner. Les réponses à ces questions vous donneront un aperçu des habiletés de vos élèves et pourraient vous inspirer pour le choix de la recette.
  • La conclusion d’une entente. Demandez aux élèves d’énoncer les règles qui, selon eux, doivent être respectées pour que la classe soit un endroit sécuritaire pour cuisiner et apprendre. Établissez ensuite une liste d’instructions de base sur la sécurité et les communications, et faites-la approuver par les élèves. En fait, conclure une entente est en soi une bonne idée d'activité, et il est essentiel de le faire si vous planifiez cuisiner avec les élèves sur une base régulière.
  • Le nettoyage. Dressez une liste de tâches de nettoyage. Selon la recette, elles pourraient inclure le nettoyage des comptoirs; le balayage; et le lavage, le séchage et le rangement de la vaisselle. Exprimez clairement vos attentes envers les élèves.

La dégustation : prendre le temps de savourer ensemble le fruit du travail collectif

  • Laisser les élèves se servir eux-mêmes. En servant les aliments au centre de la table, on s’assure que les élèves prennent ce dont ils ont besoin. Apprendre à aimer un nouvel aliment est un processus en plusieurs étapes. Il faut voir l’aliment, le toucher, le sentir et regarder d’autres personnes en manger. Lorsque les élèves seront prêts à goûter, ils le feront. D’ailleurs, l’expérience nous a montré que les enseignantes et enseignants sont heureux de sentir qu’ils n’ont pas à s’assurer que les enfants goûtent au moins une bouchée, et les élèves trouvent cette approche plus respectueuse.
  • Manger ensemble. L’un des principaux aspects de la littératie alimentaire consiste à apprendre à préparer des aliments puis à se rassembler pour les savourer dans un contexte social. Ne nous répète-t-on pas constamment à quel point l’aspect social des repas est important?

Demander de la rétroaction. Demandez aux élèves ce qu’ils ont trouvé facile, difficile et ce qu’ils ont appris. À ce sujet, nous questionnons toujours les élèves afin qu’ils nous disent ce qui, selon eux, pourrait améliorer la recette. Les élèves peuvent être très créatifs et cette question leur permet de personnaliser leurs apprentissages.

Aperçu

Niveau
Tout programme
Thème
Compétences culinaires
Langue
Bilingue
Âge
Multiâge