8 choses que vous devriez savoir au sujet du lait canadien et des antibiotiques

Article 5 min

Pour beaucoup de gens, les produits laitiers sont une source importante non seulement d’éléments nutritifs, mais aussi de réconfort. C’est pourquoi il est tout à fait sensé pour nos producteurs laitiers de travailler sans relâche pour veiller à ce que le lait qu’ils produisent soit exempt d’antibiotiques et ne contienne rien d’autre que de délicieux bienfaits.

Par DFC - PLC, Équipe Communications
A bottle of milk and freshly-poured glass, sitting on a table
A bottle of milk and freshly-poured glass, sitting on a table

Points saillants

  • Au Canada, une réglementation stricte permet d’assurer que le lait que nous buvons est exempt d’antibiotiques – et ce n’est que le début
  • Le logo des Producteurs laitiers du Canada garantit que le produit est fait de lait et d’ingrédients laitiers 100 % canadiens

Saviez-vous que le lait canadien offert en magasin est exempt d’antibiotiques? Voici huit raisons d’avoir l’esprit tranquille à propos du lait 100 % canadien :

1. Le lait canadien est échantillonné, traçable et analysé.

Vos conducteurs de camions de lait font beaucoup plus qu’aller du point A au point B. En fait, chaque conducteur de camion de lait est également un classeur ou essayeur de lait qualifié qui est formé pour procéder à un examen visuel et olfactif du lait, et prélever dans le réservoir à lait de chaque ferme un échantillon dans un contenant stérile avant de charger le lait dans le camion.

Le conducteur de camion de lait
Le conducteur de camion de lait, qui est également un classeur de lait qualifié, prélève des échantillons de lait à la ferme Stanlee à Avonmore, Ontario.

Les échantillons prélevés servent à plusieurs fins, mais l’un des principaux objectifs est qu’il soit facile de remonter à la ferme concernée si l’on découvre que le lait d’un camion – transportant du lait de plusieurs fermes – contient des traces d’antibiotiques. Avant même le déchargement à l’usine, le transformateur analyse le lait pour veiller à ce que seul le lait satisfaisant aux normes canadiennes entre dans la chaîne de transformation.

Un camion de lait
Un camion de lait arrive à la ferme pour recueillir du lait tout frais.

Sur les 2,2 millions de collectes de lait dans les fermes canadiennes chaque année, moins de 0,009 % révèlent une présence d’antibiotiques. Et dans les rares cas où les analyses révèlent la présence d’antibiotiques, le chargement entier du camion est rejeté; il ne peut atteindre les étalages des magasins. Le lait canadien est l’objet de supervision professionnelle de gens qualifiés à toutes les étapes de transformation et de commercialisation.

Pour éviter toute récurrence, la réglementation prévoit des répercussions dans les cas où le lait présenterait ne serait-ce qu’une infime adultération. En effet, les producteurs responsables d’avoir expédié du lait adultéré doivent payer les coûts de production de ce lait ainsi que ceux de l’ensemble du chargement, en plus de se voir imposer une sanction sévère. De plus, dans les rares cas où un producteur commettrait plusieurs infractions, son permis lui serait révoqué.

2. Le Canada prévoit des périodes de retrait strictes pour les vaches malades.

Comme tous les êtres vivants, les vaches peuvent tomber malades. Lorsque cela se produit, le producteur laitier et le vétérinaire doivent leur fournir un traitement, lorsque celui-ci est justifié, en suivant des lignes directrices strictes concernant l’utilisation d’antibiotiques.

Une vache qui reçoit un traitement antibiotique doit tout de même être traite. Il s’agit pour elle d’un besoin physiologique. Cependant, son lait est dévié vers une chaudière distincte et jeté immédiatement, et ce, pendant tout le temps dont la vache a besoin pour métaboliser les antibiotiques. Ce temps s’appelle la période de retrait. (Le lait des vaches en santé passe directement du pis au réservoir à lait réfrigéré.) Cette période de retrait est établie par Santé Canada, qui peut appliquer une réglementation plus stricte et plus prudente que d’autres pays.

Une jolie vache laitière
Veiller au bien-être de leurs vaches est très important pour nos producteurs laitiers.

3. Aucun antibiotique dans le lait canadien – c’est la loi.

Au Canada, tout le lait doit être analysé pour détecter la présence possible de résidus d’antibiotiques avant qu’une usine de transformation ne puisse l’accepter. En fait, l'Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA) et les organismes de réglementation provinciaux supervisent les analyses, lesquelles sont si sensibles qu’elles peuvent mesurer une partie par milliard – ce qui équivaut à détecter une seule goutte de résidus d’antibiotiques dans une piscine olympique. Rassurant, non?

Les spécialistes s’assurent du bien-être du troupeau
Nos producteurs canadiens travaillent avec des vétérinaires et des spécialistes de la nutrition des bovins laitiers afin d’assurer le bien-être de leurs vaches.

4. Les producteurs laitiers canadiens travaillent de près avec un vétérinaire.

Les producteurs laitiers canadiens travaillent en étroite collaboration avec les vétérinaires pour gérer la santé et le bien-être de leur troupeau, et pour prévenir les maladies. En fait, tous les producteurs laitiers canadiens doivent prouver qu’ils ont une relation d’affaires avec un vétérinaire avant de pouvoir vendre leur lait. Les producteurs doivent également consigner de façon permanente les épisodes de maladie afin de fournir un portrait global de la santé de leurs bovins. Par ailleurs, seul un vétérinaire peut prescrire des antibiotiques. Les producteurs peuvent bien entendu administrer les antibiotiques qui ont été prescrits à un animal en particulier, mais ils doivent tenir un registre qui peut être soumis à une vérification indépendante. Depuis le 1er décembre 2018, les mises à jour à la réglementation canadienne précisent que seuls les vétérinaires et les pharmaciens sont autorisés à vendre des antibiotiques sur ordonnance aux producteurs (ces antibiotiques ne sont pas offerts en vente libre). Cette pratique était d’ailleurs déjà en place au Québec.

 5. Les producteurs laitiers canadiens suivent de près l’état de santé de chaque vache.

Au Canada, le lait de chaque vache fait l’objet de tests réguliers pour évaluer la santé de la vache et la qualité de son lait. Les analyses sont menées par des firmes comme Valacta et CanWest DHI, qui se spécialisent dans l’amélioration des troupeaux. En moyenne, le lait d’une vache est testé six fois par année. Cela signifie que plus de six millions d’analyses sont effectuées dans les fermes canadiennes chaque année, pour que les producteurs puissent vérifier l’état de santé de leurs vaches et la qualité de leur lait!

6. La prévention est une priorité pour les producteurs laitiers canadiens.

L’initiative proAction encourage nos producteurs laitiers à adopter des pratiques de travail préventives.

Les producteurs doivent prouver qu’ils prennent les mesures nécessaires pour éviter l’adultération accidentelle du lait à la ferme. Pour empêcher que des résidus d'antibiotiques se retrouvent dans les réservoirs à lait, les producteurs doivent mettre en place des protocoles de traitement appropriés, identifier physiquement les animaux traités par antibiotiques et maintenir des registres précis – toutes des mesures qui aident à prévenir que du lait adultéré soit accidentellement mélangé avec le reste du lait. Les producteurs peuvent même utiliser des tests rapides pour vérifier le lait d’une vache et s’assurer qu’elle a métabolisé l’antibiotique, et ainsi qu’il ne reste aucun résidu dans son lait.

L’étable à Glenview Farms
C’est en maintenant les conditions idéales dans l’étable que nos producteurs laitiers, tels que la famille Walsh, contribuent au bien-être des vaches et peuvent prévenir les maladies.

7. Les vaches laitières canadiennes reçoivent une alimentation sur mesure – pas des antibiotiques.

Les producteurs laitiers canadiens s’assurent que leurs vaches ont l’alimentation dont elles ont besoin. Les vaches laitières ne reçoivent des antibiotiques que si elles sont malades. Les producteurs ne peuvent pas administrer un traitement général à l’ensemble de leur troupeau. De plus, en maintenant de bonnes conditions dans l’étable, et en veillant à la manipulation soignée des aliments pour animaux, à ce que le tout soit bien étiqueté et entreposé, les producteurs canadiens s’assurent que leurs vaches obtiennent l’alimentation saine dont elles ont besoin pour être confortables et en santé.

De plus, l’ACIA exerce une surveillance régulière des aliments vendus et importés afin de détecter s’il y a présence de résidus d’antibiotiques et d’autres produits chimiques. Selon les rapports, le lait et les produits laitiers respectent les normes réglementaires quant aux résidus de produits vétérinaires.

Le logo des Producteurs laitiers du Canada et des produits laitiers
Le logo des Producteurs laitiers du Canada permet d’identifier facilement les produits faits de lait et d’ingrédients laitiers 100 % canadiens – et sans antibiotiques.

8. Les antibiotiques empêcheraient la production des yogourts et fromages canadiens que vous aimez.

Saviez-vous qu’il n’est pas possible de fabriquer du fromage ou du yogourt avec du lait qui contient des antibiotiques? En effet, les résidus d'antibiotiques inhibent les enzymes et probiotiques qui aident les protéines laitières à coaguler. En effet, il faut que le lait épaississe pour produire ces délicieux yogourts et fromages que nous connaissons et adorons. Comme vous pouvez le constater, les antibiotiques n’ont tout simplement pas leur place dans le processus de fabrication des produits laitiers.
 

Au Canada, nous adhérons à une norme de qualité supérieure unique pour tout le lait : si le lait ne répond pas aux exigences de qualité et de salubrité des aliments, nous ne le vendons pas. Le lait est simple et naturel, comme il se doit.

Puisque le lait canadien est parmi les aliments les plus rigoureusement testés et les plus salubres (certification à l’appui) sur le marché, vous pouvez avoir la certitude que le lait dans votre frigo qui arbore le logo des Producteurs laitiers du Canada est exempt d’antibiotiques, et qu’il s’inscrit parfaitement dans vos saines habitudes de vie.

Sources

Alberta Milk. « I was recently told that all milk from Canada, regardless if it’s organic or regular, does not contain any steroids, growth hormones, or antibiotics. Is this true? » albertamilk.com
https://albertamilk.com/ask-dairy-farmer/ive-started-buying-organic-milk-based-on-the-assum/

Les diététistes du Canada. « Les hormones et les antibiotiques utilisés dans la production des aliments. » DecouvrezLesAliments.ca
http://www.unlockfood.ca/fr/Articles/Agriculture-Production-alimentaire/Les-hormones-et-les-antibiotiques-utilises-dans-la-production-des-aliments.aspx     

Gouvernement du Canada. « Règlement sur la salubrité des aliments au Canada. » laws-lois.justice.gc.ca
https://laws-lois.justice.gc.ca/fra/reglements/DORS-2018-108/index.html

Laanela, Mike. « Antibiotics and milk: What's the difference between regular and organic? » cbc.ca
https://www.cbc.ca/news/canada/british-columbia/milk-antibiotics-1.3803799