Des vaches dans un pâturage

Comment réduisons-nous nos émissions?

Sur les fermes canadiennes, l’empreinte carbone liée à la production d’un litre de lait est inférieure à la moitié de la moyenne mondiale, et elle diminue depuis des années. Découvrez ce que font les producteurs laitiers pour réduire leurs émissions GES sur les fermes, devenir plus efficace et continuer de protéger l’environnement.

L’empreinte carbone des producteurs laitiers en contexte

Grâce à l’efficacité et à l'innovation constantes des producteurs laitiers canadiens, notre empreinte carbone est non seulement faible, mais elle est aussi en baisse. Aujourd’hui, la production laitière au Canada représente environ 1 % des émissions totales de gaz à effet de serre (GES) de notre pays. Pour mettre ce chiffre en contexte, l’ensemble des activités agricoles au Canada — dont la majeure partie est la production des cultures —, représente environ 8 % des émissions du pays. Comparez ce chiffre à celui des secteurs comme le transport, la production d’électricité et l’activité industrielle qui, ensemble, représentent près de 90 % de l’empreinte carbone au Canada.¹

L'empreinte carbone d'un litre de lait parmi les plus faibles au monde

Parmi les meilleurs au monde

Les émissions liées à la production d’un litre de lait canadien représentent moins de la moitié de l’empreinte moyenne mondiale d'un litre de lait. En fait, nos émissions provenant de la production de lait sont parmi les plus faibles au monde, étant similaires ou inférieures à celles de la production de lait dans des pays comme les États-Unis, la France et la Nouvelle-Zélande. ²

Sur la bonne voie

L’empreinte carbone du secteur laitier canadien diminue depuis des années puisque que les pratiques agricoles deviennent de plus en plus avant-gardistes et efficaces. De 1990 à 2016, l’empreinte carbone liée à la production d’un litre de lait canadien a diminué de 23%. 

Qu’est-ce qui explique ce changement? 

Apprenez-en plus sur certaines des techniques utilisées par les producteurs laitiers canadiens pour réduire leurs émissions et augmenter leur efficacité.

Une production plus efficace

Grâce aux gains en efficacité réalisés grâce à des facteurs tesl que la santé et le confort des vaches, l’amélioration de l’alimentation et de la génétique et les progrès technologiques, il faut maintenant moins de vaches pour produire plus de lait. Cette réduction se traduit généralement par une diminution des émissions globales. Aujourd’hui, une vache laitière canadienne moyenne en bonne santé produit trois fois plus de lait qu’il y a 50 ans.

Des régimes alimentaires et des cultures améliorés

Les régimes pour vaches laitières sont spécialement formulés pour améliorer leur digestion et leur rumination. Les producteurs travaillent donc main dans la main avec des nutritionnistes afin de trouver les régimes alimentaires qui conviennent le mieux pour leurs vaches, en tirant parti de ce qui pousse sur leur ferme.

La gestion du fumier 

La gestion du fumier est un autre facteur important lié à la réduction des émissions de l’industrie laitière. L’utilisation de fumier pour fertiliser les champs réduit le besoin d’engrais qui nécessite du pétrole. Les recherches ont également montré que le moment choisi pour épandre le fumier peut faire une différence. D’autres pratiques, notamment vider complètement les fosses de fumier et les recouvrir de paille, peuvent également diminuer considérablement les émissions de méthane.³

Biodigesteurs
Certains producteurs laitiers utilisent des biodigesteurs pour transformer le méthane du fumier de vache en électricité.

La transformation du méthane en biogaz grâce aux biodigesteurs

Certains producteurs laitiers canadiens ont investi dans des biodigesteurs. Ceux-ci captent les émissions de méthane provenant du fumier et les transforment en une forme de biogaz ou d'électricité. Il s’agit d’un système gagnant-gagnant qui réduit les émissions et génère de l’énergie renouvelable. Dans une ferme typique, un biodigesteur peut produire suffisamment d’électricité pour 11 maisons! D’autres producteurs ont installé des panneaux solaires ou des éoliennes dans leurs fermes.

La séquestration du carbone dans le sol

Les fermes canadiennes, avec leurs millions d’acres de cultures, d’herbes et de terres boisées, font partie de la solution climatique, car elles séquestrent activement le carbone de l’atmosphère dans le sol, où il est reconverti en nourriture consommées par les humains et les animaux.

Sources

(1)    Gouvernement du Canada - Environnement et Changement climatique. Sources et puits de gaz à effet de serre : sommaire 2020. Accessible à : https://www.canada.ca/fr/environnement-changement-climatique/services/changements-climatiques/emissions-gaz-effet-serre/sources-puits-sommaire-2020.html

(2)    Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (2019). Climate change and the global dairy cattle sector. http://www.fao.org/3/CA2929EN/ca2929en.pdf

(3)    https://www.dairyresearch.ca/userfiles/files/FR_gestion_fumier_PLC_017_final.pdf 

Plus sur le même sujet

Apprenez-en davantage

La technologie et l'avenir de la production laitière canadienne

Vous pensiez que la production laitière était restée figée dans le passé? Découvrez comment la technologie façonne le rôle des producteurs laitiers et l’avenir de la production laitière au Canada.

En savoir plus
Biocarburants, agriculture et énergies renouvelables

Des producteurs laitiers canadiens produisent de l’énergie renouvelable par des panneaux solaires, des éoliennes et créent même des biocarburants.

En savoir plus
Recherchez notre logo

Vous avez peut-être vu notre logo sur vos produits laitiers préférés. Découvrez pourquoi il est important de soutenir l’industrie laitière canadienne et de rechercher le logo.

En savoir plus